Romans, nouvelles et récits (Tome 1)
  •  
EAN13
9782070121755
ISBN
978-2-07-012175-5
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Bibliothèque de la Pléiade (1)
Nombre de pages
1648
Dimensions
17 x 17 x 4 cm
Poids
628 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Fiches UNIMARC
S'identifier

Romans, nouvelles et récits (Tome 1)

De

Autres contributions de

Gallimard

Bibliothèque de la Pléiade

Offres

Cette édition propose tous les romans publiés du vivant de Fitzgerald, à quoi vient naturellement s’ajouter Le Dernier Nabab, «roman inachevé», dit-on généralement, alors qu’il s’agit plutôt d’un chantier littéraire : l’organisation interne de l’œuvre posait à l’auteur des problèmes qui n’avaient pas encore été résolus au moment de sa mort, le 21 décembre 1940. Le texte est ici retraduit sous le titre figurant sur le dactylogramme laissé par Fitzgerald : Stahr. A Romance, et il est suivi de documents permettant de mieux cerner le projet dont il est le vestige. Fitzgerald a également publié quatre recueils de nouvelles - auxquels le public français n’a jamais eu véritablement accès : alors que leur auteur les avait conçus et revus avec soin, dans l’espoir de corriger sa réputation (équivoque) de collaborateur des magazines de grande diffusion, ils n’ont jamais été traduits en l’état dans notre langue. On découvrira donc ici Garçonnes et philosophes, Contes de l’âge du jazz, Tous les jeunes gens tristes, Quand sonne la diane, et c’est, par exemple, au sein des Contes de l’âge du jazz qu’on lira des nouvelles aussi célèbres que «Le Diamant gros comme le Ritz» ou «L’Étrange Histoire de Benjamin Button». S’ajoutent à ces recueils les Autres histoires de Basil et de Josephine, fictions non recueillies liées à Quand sonne la diane, et les Histoires de Pat Hobby, que Fitzgerald publia dans la presse puis révisa afin de les faire paraître en volume ; la mort, là encore, empêcha la réalisation du projet. Enfin, figure au tome II, sous l’intitulé Récits, un choix d’articles ou d’«essais personnels» (à caractère autobiographique) publiés dans divers périodiques entre 1924 et 1939 et jamais réunis par Fitzgerald. C’est dans cette section qu’on lira la célèbre «Fêlure», parue dans Esquire en 1936 : l’aveu, par l’écrivain fatigué et amer, de sa dépression. Que la première édition française respectant les choix éditoriaux de Fitzgerald paraisse près de trois quarts de siècle après sa mort a de quoi surprendre. C’est pourtant explicable. Les contemporains de l’écrivain n’ont jamais vraiment su que faire ni que penser de son œuvre, et les clichés qu’ils ont répandus (peintre habile mais superficiel, «inventeur» d’une génération, etc.) ont eu la vie dure. Depuis, ces jugements ont été révisés à l’occasion de réévaluations successives, mais «le mythe Fitzgerald» (élaboré avec la complicité de l’intéressé) continue, dans une large mesure, à faire écran. Sans doute disposons-nous à présent de la distance nécessaire pour entreprendre de dégager la littérature de Scott Fitzgerald de ce qui la masque. Telle est l'ambition dont ces deux volumes voudraient être les instruments.
Cette édition propose tous les romans publiés du vivant de Francis Scott Fitzgerald, à quoi vient naturellement s'ajouter Stahr (Le Dernier Nabab), «roman inachevé».
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Francis Scott Fitzgerald
Plus d'informations sur Philippe Jaworski