Le bal des folles

Victoria Mas

Albin Michel

  • Conseillé par (Libraire)
    28 septembre 2019

    COUP DE COEUR

    En 1885, Jean-Martin Charcot organise, dans l'asile de femmes où il expérimente des techniques pour soigner les malades, un rendez-vous festif costumé et dansant qu'il appelle "Le bal des folles".
    Un événement mondain pour exposer les aliénées au public, à la bonne société qui a finalement rejeté et fait interner de façon arbitraire des femmes simplement différentes, meurtries, ou fragiles psychologiquement.
    Un premier roman bien documenté et très intéressant !


  • Conseillé par
    17 décembre 2019

    Le bal des folles ! La Salpêtrière !
    Oui, bien sûr, ça me dit quelques chose.
    Mais après la lecture de ce roman, je ne suis pas prêt d’oublier le sort réservé aux femmes en cette fin de XIXè siècle.
    Ayant eu différentes affectations depuis sa construction, la Salpêtrière est à cette époque réservée aux femmes hystériques.
    Et Dieu sait s’il fallait peu de choses pour y être interné, souvent à vie.
    Sous la toute puissance des pères, des maris, la moindre incartade d’une fille, d’une femme, suffit à la faire passer pour folle.
    Sous la férule du professeur Charcot, ces pauvres femmes sont des objets de curiosité, notamment lors du bal de la mi-carême, pour les bourgeois en mal de spectacle.
    Victoria Mas, dans ce premier roman a parfaitement décrit la situation en imaginant le destin de quatre femmes.
    C’est clair, bien écrit, ça se lit d’une traite.
    J’aime particulièrement ces livres, comme « La part des flammes » de Gaëlle Nohant, qui partent d’un fait ayant existé et y font vivre des personnages imaginaires.
    Cette histoire m’a passionné.
    Si victoria Mas écrit d’autres livres, ce que j’espère vu son talent, je ne les manquerai pas.


  • Conseillé par
    4 novembre 2019

    folie

    Tout le monde connait les terribles internements de femmes hystériques au 19e siècle.

    Nous découvrons donc Louise, internée après avoir été violée par son oncle et réprimandé par sa tante. Elle est victime de graves crises que le Docteur Charcot aime à montrer à ses étudiants.

    Le récit commence fin février, lorsque les pensionnaires de la Salpétrière se préparent pour le Bal annuel donné devant le Tout Paris.

    Dans le même temps, nous suivons Eugénie, fille de bourgeois qui se découvrent n don pour parler avec les morts. Évidemment, son père la fait enfermer. Mais son frère aîné ne l’entend pas de cette oreille.

    N’oublions pas Geneviève, l’infirmière en chef, qui sous ses airs revêches, va découvrir une affection pour ses femmes enfermées.

    Si j’ai pris plaisir à lire ce roman, je dois dire que rien ne m’a véritablement marqué.

    Un livre honnête mais qui ne me restera pas longtemps en mémoire.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de la robe espagnole rouge que Louise prépare pour le bal.

    Une citation :

    Mais la folie des hommes n’est pas comparable à celle des femmes : les hommes l’exercent sur les autres ; les femmes sur elle-mêmes.

    https://alexmotamots.fr/le-bal-des-folles-victoria-mas/


  • Conseillé par
    3 novembre 2019

    Femmes en asile

    On ne sait pas, entre malades et soignants, lesquels sont les plus
    déséquilibrés : ne faut-il pas avoir l’esprit dérangé pour organiser une fois
    par un an un « bal des folles », inviter le tout-Paris à venir contempler les
    patientes du docteur Charcot comme si elles étaient des bêtes curieuses et
    transformer l’hôpital de la Salpêtrière en zoo ? Pendant les jours qui
    précèdent la mi-carême, ces femmes se préparent pour leur seule distraction de
    l’année, sans mesurer le véritable enjeu (montrer le travail des médecins) ni
    comprendre qu’elles seront l’attraction de la soirée. Parmi elles, il y a de
    vraies malades, des excentriques, mais aussi des femmes saines d’esprit dont
    les pères, les maris ou les frères ont estimé qu’elles seraient mieux là que
    chez elles. Louise, une adolescente aux joues rebondies, est très perturbée
    depuis qu’elle a été violée par son oncle. Expédiée à l’asile par sa tante,
    elle devient l’une des patientes-vedettes de Charcot qui l’hypnotise en
    public, état dans lequel elle réitère à chaque fois des crises très
    spectaculaires.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • Conseillé par (Libraire)
    28 août 2019

    Il ne fait pas bon d'être une femme et de prendre la parole...

    Asile. Le portrait de ces femmes, de leurs conditions, des amitiés qui se lient et des langues qui se délient.
    Mais folles, le sont-elles vraiment?
    Aude